Consultation auprès des Français de l’Étranger

Pour identifier les attentes et difficultés des Français de l’Étranger, une consultation a été réalisée sur les réseaux sociaux et par e-mail (liste consulaire). Nous vous remercions sincèrement pour toutes vos réponses. Cette consultation s’insère dans notre vision de co-création de valeur entre Français de l’Étranger. Les résultats des 700 réponses ont été analysés et vous sont présentés ci-dessous.

Infographie: Consultation des Français de l’Étranger
Les Difficultés rencontréesLes Solutions proposées
Voir tout le gaspillage et manque de gens responsables.Voir un réel changement d éducation envers les gestes qui polluent.
Punir les pollueurs.
Punir aussi les chauffards, beaucoup d incivilités non punies sur les routes.
Voilà plus de 5 ans que je suis au Québec, j’y ai fait mes études, passé un diplôme, puis commencé à travailler.  J’ai 30 ans, je suis en bonne santé, je me sens bien ici, j’adhère aux valeurs québécoises, je suis francophone et je parle anglais, j’ai toujours été en règle et je paie mes impôts: et pourtant l’administration a mis 15 mois (!!) à tergiverser avant de me refuser le CSQ. Les Français croient souvent avoir les fonctionnaires les plus tatillons. Que nenni, les pires sont au Québec.Obtenir enfin la régularisation de ma situation.
vivre pendant l’hiver et affronter les conditions climatiquespartir 6 mois au soleil
Visa – Work permit pour changerde travail hors PVT etc.. – Lourd process pour la RP

Devoir choisir entre Bio – Local – Vrac (pas emballe), Ex : Les produits Bios sont souvent emballes (plastique) et ne sont pas forcement locaux / les produits plus locaux et/ou sans emballages (comme un stand classique de marche ou supermarche) ne sont souvent pas bios (a moins d’aller a Jean-Talon par exemple) etc..
Simplifer les procedures d’immigration

Encourager – Promouvoir des circuits de consommations plus responsables / le vrac / et emballage compostable – Reduire, eviter le plastique, a usage unique au moins.
vert glasdu sel
Une intégration à 100% au sein de cercles québécois
Une stabilisation de la bulle sociale (nombreux départs…)
La lenteur des démarches d’immigration
Un accès au système de santé plus rapide, plus confortable
Trouver un medecin de famille est tres difficileAvoir des interlocuteurs adressant les questions sur les droits retraite en France
Trouver un médecin de famillePas sûr
Trouver un medecin de famille+ de medecins??
Trouver un emploi en lien avec mes compétences et mon niveau d’étudeLa valorisation des diplômes francais.
trouver des interlocuteurs officiels qui pourraient m’aider pour certaines démarches vis à vis de la France, par exemple pour tout ce qui concerne ma retraite par rapport à ce que j’ai travaillé en France
Trouver des amis et un emploi. La différence culturelle.que les diplomes francais soient mieux reconnus. mais ca ne changera rien car le problème est surtout au niveau des employeurs qui n’auront jamais confiance dans les diplomes étrangers.
trop de greenwashingmoins d’arrivistes qui se lancent en politique pour se faire de la pub
Trop d’immigrants !Les Français d’abord !
trés peu je suis au canada depuis 14 ans
toutpartir !!!!!!!
Système de santé défaillant
Intolérance des Québécois vis-à-vis des étrangers
Système de santé : avoir un médecin de famille
Système de santéMa vie est satisfaisante
Stigmatisation du français comme « râleur » et difficulté dans les soins de santé et certains services où on ne se sent pas pris au sérieux.Plus d’anglophonie.
Se faire des amis.
Une certaine hypocrisie.
Des fois le climat.
Se faire des amis qui ne soient pas eux-mêmes des immigrés mais des  Québécois ou des Canadiens.
S’y retrouver dans le système de santé et retrouver des praticiens (médecin, gynécologue, dentiste, ophtalmologue, etc) on a l’impression que c’est une grosse recherche avec beaucoup de comparaisons à faire. Un peu comme quand on recherche l’assurance la plus adaptée.
Se faire des amis québécois
Se faire des amis
Se créer un cercle social.  Ou se faire trop sentir notre différence par les citoyens natifs.Plus de congés, plus de temps pour des loisirs. J’aime beaucoup ma vie professionnelle ici mais je n’ai l’impression que de faire que ça.
S’intégrer dans la vie sociale ici, assez compliqué. Le sentiment d’être abandonné en temps de pandémie.Je ne sais pas
S’habituer au système bancaire, au prix des forfaits téléphoniques, au prix d’internetCasser l’oligopole de Bell et Videotron
Rien de spécifique au Canada
Rien de particulier.Pas de solutions précises qui me viennent à l’esprit.
Rien à signaler moi iRien à signaler
Rentrer sur le marché du travail (manque de réseautage).Trouver LE emploi, les choses suivront ensuite.
Rencontrer et être accepter par les québécois, les relations plus compliqués qu’en France
Rencontrer des gens hors du cercle du travailFin des restrictions liées à la COVID
Rencontre d emploi , discrimination pour être françaisConsultat plus impliqué et plus aimable pour augmenter le sentiment d appartenance
Relationnel, distance, activités culturelles, tourisme
Reconnaissance professionnelle très difficile. Chemin sème d’embûches. Il aurait été mieux de transmettre un guide (avec des vérités et témoignages, pas ceux de m6) aux français débarquant au Québec que de voir le Québec et le Canada dans des salons vendant mérites et facilités d’immigration. Pourtant, je fais partie des fans arrivés il y a 15ans par mon propre biais. Mais je souhaite être la voix de ceux qui ont galerés, qui ont du repartir (ça on ne le dit pas non plus) ou qui songent à partir parce que immigration difficile, climat difficile, froideur des bords américains, administratif différent, etc.Ne s’applique pas.
Reconnaissance des diplômes et de l’expérience professionnelle française
Reconnaissance des diplômes / expériencesReconnaissance des diplômes / expériences
Reconnaissance des diplômes (officiellement, elle existe mais dans les faits non).Une reconnaissance des diplômes.
Reconnaissance de mes diplômes et de mes compétences professionnelles. Un peu tard, car cela fait plus de 20 ans que je vis au Québec. Un peu tard, car j’ai plus de 65 ans maintenant et n’enseignerais certainement plus après la pandémie à l’université.Être considérée comme une québécoise, même sans l’accent.
RASJe suis satisfaite
Racisme au Québec
Quelles difficultés?Facilitées de voyages france quebec
Qualité des services/ du travail fourni (renovations or ex)Avoir accès à un réseau fiable
Qualité de l’éducation en françaismeilleures ressources d’échange
protection santé, accès à des soins abordables et de qualité
inflation des prix sur l’immobilier et la nourriture
une couverture santé abordable et de qualité
diminution drastique de l’immigration des pays du tiers monde (tiers mondialisation du Canada)
Processus d’immigration extrêmement long et source de stress majeure.Obtenir la résidence permanente, et, in fine, la citoyenneté canadienne.
Processus d’immigration très long, compliqué et très coûteux.
Assurance santé dispendieuse.
Simplifier les procédures d’immigration et raccourcir les délais de traitement.
Processus d’immigration
Procédures d’obtention de RP trop longues, insertion dans le milieu du travail à statut égal.Accélération des procédures pour avoir une visibilité sur l’avenir. Guichet spécialisé insertion dans vie professionnelle.
Problème d’intégration même après plus de 20 ans de vie sur le sol québécois.
Principalement immigration canada et les délais pour chaque demande. C’est une vraie tortureJe ne sais pas. Augmenter le personnel qui traite les dossiers d’immigration ?
Prévision régime de retraiteBénéficier d’un plan de retraite
presque aucune
sinon niveau en anglais mauvais
progression dans ma carrière, trés envisageable
Posséder un animal dans une province qui est réfractaire aux animaux de compagnie.
Accéder aux soins de santé de base (en particulier les médecins généralistes) est impossible.
Un meilleur système de santé.
peut de relations socialesplus de relations sociales
Peu de grands engagements niveau environnement.
Une liberté déguisée qui ne me permet pas de vivre dans un environnement où je me sens complètement écouté.
Pouvoir vivre pleinement dans une société sensible  aux besoins d’un environnement sécuritaire au niveau  des changements climatiques!
Peu d’action sont mises en place à grande échelle.
Permis de travail
Accès au marché de l’emploi
Permis de travail ouvert pour tous, suppression des permis de travail fermés
Accélération des procédures administratives pour l’obtention des permis et résidence permanente surtout au Québec
Pension pas suffisante
perte du français au travail
racisme
contrôle sur les réseaux sociaux
augmenter la pension
couverture dentaire
combattre le racisme
Pas plus de difficultés qu’ailleursAmélioration du transport collectif (trains, bus…)
Pas plus  que ailleurs
Pas de réelles difficultésPas d’idée
Pas de difficultés particulières actuellement, je viens de prendre ma rtraite. Mais je suis préoccupée par la question du logement dans le futur : les loyers de plus en plus chers à Montréal et me font craindre de devoir consacrer une part de plus en plus importante de ma pension de retraite pour me loger. De même, je fais tout ce que je peux en prévention, de manière à ne pas me retrouver dans une résidence pour aîné.e.s à la vieillesse.Une meilleure politique du logement.
Pas de difficultés majeures  hormis la pandémie qui me tient éloignée de ma famille, ce qui n’est pas imputable à mon pays d’adoptionPlus de facilités dans la communication administrative avec la France
pas de difficultesDes tarifs plus interessants pour rentrer en France
Pas de difficulté en particulier.
pas assez de mesures sociales pour aider les personnes âgées à rester à domicilePlus d,aide pour des services et soins à domicile
on ne trouve pas le thon La Belle Isloise… mais pour le reste, c’est parfaitdes avions moins chers pour la France
Obtenir ma résidence permanenteAvoir un statut administratif pérenne
Ne pas pouvoir voyager pour voir mes parents en France
Améliorer l’accès au consulat français (partenariat avec sq pour empreinte, dossier en ligne, le Canada  le fait bien pourquoi pas la France?) tout le monde n’habite pas à Montréal.
Avoir un réseau de Français hors Montréal, avoir un répertoire disponible de français en région (cela pourrait aider les futurs expatriés par exemple)
Quarantaine à la maison
Plus de démarches à distance avec le consulat
ne pas pouvoir voyager librement
Ne pas connaître le système politique est confusant, surtout sur les mesures prises par les différentes provinces pendant la pandémie. Le chemin pour obtenir la résidence permanente est semé d’embuches. C’est bon pour moi mais ila  fallu 2 ans d’attente, c’est énorme comparé aux autres provinces
Ne pas connaître assez bien la culture Québécoise et donc ne pas se sentir 100% Québécois, mais ne plus se sentir 100% Français non plus / mauvaise connaissance de certaines lois (travail, logement, immigration…) / difficulté d’accéder aux ressources consulaires, et méconnaissance de tout ce que le consulat peut m’offrirPouvoir avoir un crash course en culture canadienne et québécoise pour partager certaines références et être donc mieux intégré, ça serait vraiment le fun!
N/AN/A
N/AN/A
N/AN/A
Mon statut précaire : je bénéficie d’un SuperVisa pour grands-parents en attendant que ma fille puisse me parrainer. Mais les opérations de parrainage se succèdent et ma fille essaie  vainement depuis six ans de déposer un dossier …Un accès plus facile et plus coordonné au parrainage de grands-parents.
Mon accent du sud qui m’identifie et fait réagirPlus de représentation de tous les accents français a la télé
Mieux comprendre le système de retraite car je commence à penser à ça. Mais sinon pas de problèmes particuliers.
météo
absence de la famille
prix des billets d’avion pour la France
Méconnaissance du système : scolaire par exemple
Mauvais état de l’infrastructure à Montréal, chèreté des télécommunications et internet.Plus d’investissement publique
matériaux et équipements européens non disponibles
manques de vrai relationsapprendre l’anglais
Manque de vacances
Carrière professionnelle qui semble avoir régressé depuis que je suis à Montréal
Crise du logement qui s’accentue
Reprise des études pour améliorer mes chances de travail
Plus de vacances
Manque de liberté et  justice inaccessible –S’il était possible de dénoncer sans risquer des accusations immédiates.
La théorie montre l’inverse.
Manque de la famille et des amisDes amis québécois
Manque d’integration avec les quebecois de souchedes moyen de deplacements neutres en carbone entre la france et le canada.
Manque d’accès aux services gouvernementaux (santé, RAMQ),
délais des processus d’immigration qui vulnérabilise la situation
Manque de flexibilité des démarches d’immigration qui empêche de quitter le Québec (parrainage) sous peine de devoir recommencer ses démarches de résidence permanente, alors que des opportunités professionnelles seraient meilleures ailleurs
Plus de flexibilité sur l’immigration
Accès aux services gouvernementaux comme tous le monde dès qu’on paye des impôts
Accélération des délais d’immigration
Ma vie au Canada est plutôt agréable.  Je pense souvent à mes parents vieillissants qui sont en France.  Je me sens parfois coupable de ne pas être plus présente à eux et de laisser mon frère s’en occuper tout seul, souvent.J’aimerais aller plus souvent en France pour pouvoir m’occuper de mes parents vieillissants.
Lourdeur de l’administration française en territoire canadien. C’est toujours un casse tête pour refaire un passeport ou déclarer une naissance.Plus de service français en ligne
Lorsque j’ai fait renouveller mon passeport français, j’ai du prendre 1 jour de vacance pour conduire de Gatineau à Montréal pour faire la demande en personne. Ce serait apprécié de pouvoir faire cette démarche en ligne ou à partir d’Ottawa qui se situe à quelques minutes de Gatineau vs Montréal qui est à 2 heures.J’aimerais avoir accès à Saint Pierre et Miquelon plus facilement du Canada. Bien que je vis au Canada depuis 2002, je n’ai jamais visité Saint-Pierre et j’aimerais que ce soit plus facile et qu’il y ait plus d’information disponible sur quoi faire là-bas et comment renforcer les liens entre les français au Canada et les français à Saint-Pierre et Miquelon.
Les taxes sont importantes au Quebec. Et l’individualismePeut etre malheureusement frequenter plus de francais ou d’expat
les relations qui restent superficielles avec les Québécois même après plusieurs années de vie sur le territoire.
la reconnaissance des diplômes et la paperasserie que cela entraîne.
Partir ?
Les Québécois parlent trop souvent un Français incompréhensiblene sais pas
Les Québecois et leur xénophobie.
L’encadrement médical très difficile.
quitter le Québec.
Les préjugés que les Québécois et les Canadiens ont sur la France et les Français.
En général le manque de culture, d’éducation et l’ignorance font que nous ne sommes pas bien compris.
Nous vivons aussi une forme de « racisme » si j’ose dire, parfois de la violence verbale et même physique comme cela m’est arrivé.  Je ressens une certaine forme d’agressivité envers nous… comme si nous étions une menace. Le plus dur est d’entamer un dialogue. Les différences culturelles sont énormes.
L’intégration pourrait certainement être facilitée. L’adaptation à la culture, à la langue, au mode de fonctionnement prend un certain temps. Je considère qu’il m’aura fallut 3 ou 4 ans pour me sentir intégrée, mais j’ai eu de la chance car je travaillais dans une entreprise québécoise en ville avec beaucoup d’employés instruits. Ce qui n’est pas le cas partout. L’éducation et l’instruction au Québec sont des secteurs qui sont désastreux à mon avis. Il y a beaucoup trop d’illettrisme et l’analphabétisme. C’est effrayant. Les Québécois ont un problème avec leur territoire (voir comme ils traitent les autochtones) et leur identité. En tant que Français, je crois que nous les challengeons beaucoup à ce sujet. J’ai un grand désir de réconcilier nos nations et d’apporter un sentiment de paix durable.
Les préjugésChangement des mentalités
les politiques de recuperation, recyclage etc.
Le manque de respect
le manque d’ouverture
de pouvoir contribuer plus aux changements et l’esprit d<ouverture
Les papiers d’immigration,  trop long .
les fromages coutent trop cher il faut favorise l,axes a des laitages à mondre cout pour les ressortisants francaisune politique volontairiste pour la gastroenterite
les français ne sont pas toujours bienvenue , même après54 ans ,avoir un docteur
Les difficultés liées au parcours d’immigration et à l’instabilité et l’incertitude qui en découlent sont un grand poids.Un parcours d’immigration moins long au QC, plus semblable à celui des autres provinces. Des lois concernant l’immigration qui ne changent pas tousses 2-3 ans permettraient une meilleur planification.
les demarches pour les visas pour les regroupements des famillesplus de facilite pour le parrainage ou le regroupement familial
Les démarches administratives / immigration
les déclarations de revenus
les relations amicales difficiles à nouer
les mesures sanitaires
Les conditions météo sont vraiment difficiles entre le long hiver très froid (trois mois d’hiver canadien et deux mois d’hiver français) et l’été court mais chaud et humide.Je pense que nous ne pouvons rien faire pour changer le climat du Canada, du moins positivement.
Le tissu social est moins riche afin de nouer des relations significatives. Le fonctionnement social est différent de la France et pousse à plus d’isolementJe n’ai pas de solution clef en main.
Le système de santé.
le système de santé où l’accès est très difficile (ex. : temps d’attente aux urgences de 18h minimum, accès à un médecin de famille…)Facilité l’accès au système de santé
Le système de santé coûteux et défaillant.Un système de santé remis à plat pour bénéficier aux patients (pas seulement à des médecins surpayés).
le stationnement à montréal, et surtout au tour du consulat de france est difficilej’aimaierai ne pas me pogner un ticjket a chque fois que je laisse mon auto dans le centre de montreal pres du consulat car le stationnement es trop chere
Le seul « problème » que je rencontre est que ma famille en France me manque.Plus de vacances et des billets d’avion moins cher.
Le sens des mots identiques en français et en québécois mais perçus différemment!
Les restants de mon accent français qui mettent les gens sur la défensive dans certaines régions.
Le renouvellement de la fiche visiteur dont les délais sont devenus inacceptables
Le relations avec la bureaucratie quécoise me font trop souvent penser aux raisons qui m’ont fait quiter la France.Que l’on sù’interesse davantage aux finalités de l’action gouvernementale plutöt qu’aux procédures.
Le racisme3 semaines de vacances au lieu de 2
le processus d’immigration qui a été long et couteux, la difficulté à avoir l’assurance maladieencore plus de liens entre la france et le canada notamment pour être pris en charge par la RAMQ dès l’arrivée au Canada (même en stage ou PVT). Plus de ponts également dans les processus de retraites.
Le prix de la scolarité post secondaireAméliorer les accord France-Québec sur la scolarité a l’université
Le politiquement correctUne plus grande importance accordée à la culture
Le parcours pour devenir résident permanent est long, l’accès aux soins de santé aussi même avec RAMQ, ne parlons pas d’obtenir un médecin de famille (qc). Beaucoup de projets sont difficiles à cause du statut temporaire, c’est lourd de toujours se justifier sur nos intentions de rester.Administration plus rapides, coût des démarches plus faibles (idem côté consulat français du vol tout simplement), accès aux soins simplifié
le manque du pays
la qualité des aliments
un train transatlantique super sonique
des loi sur les produits dégueulasses bourrés d’hormones
Le manque de transport en commun abordable. L’isolement pendant la pandémie. Ne pas se sentir soutenu par le Canada en tant que travailleur temporaire et ne pas être soutenu en tant que français de l’étranger.
Le manque de solidarite
Le manque de diversité gastronomique abordable, les stupidités du gouvernement Trudeau et ses bêtises « progressistes »un gouvernement conservateur, moins d’immigration extra-européenne
Le manque de congé5 semaines de congés min
Le manque de civilité de nos pairs (Français et Canadiens tous confondus) tend à m’inquiéter. Cela inclut les comportements vis à vis de notre environnement.
Le manque de leadership au niveau gouvernementale dans ce domaine est effrayant. Rien n’est fait pour améliorer la situation, ou limiter la catastrophe.

Le coût de la vie peut être important, en exemple voir le prix de vente et de locations des logements aujourd’hui.
Le manque d’accès à la mer et la vraie montagneAméliorer la qualité du français utilisé
Le manque d’appartenance. Avoir des amis.Appartenir à un groupe.
Le manque d’accès au sport et à la culture à un prix abordable
Le long temps d’adaptation pour se mettre au niveau professionnel requis.
le froidplus de facilité à communiquer
le froidmois d hiver au soleil du sud
Le froid?
Le favorisitisme à l’emploi malgré les diplômes et expériences françaises.
La reconnaissance des acquis.
Le travail, le temps pour visiter la famille en France.
Le fait que ce soit une fédération et que les provinces n’ont pas les mêmes positions dans la vie courante comme pour l’environnement, au niveau santé etc. Comparaison entre le Québec et l’Ontario. Nous vivons dans les 2 provinces.
Le fait de ne pas me sentir « chez moi », d’être perçu comme étranger après 35 ans ici.? Je n’en ai pas.
Le climat et la difference culturelle, les quebecois sont très amicaux en apparence mais pas du tout loyal dans les faits.Que ma famille puisse venir plus souvent
la température
certain isolement
La solitude de la vie familiale.Des relevailles
La SantéL’école gratuite dans les établissements Français.
la reconnaissance direct de nos diplômesune meilleure entente entre les deux pays pour éviter les lourdeurs administratives de l’immigration
La reconnaissance des diplômes obtenus en France (ou dans d’autres pays non anglo-américains d’une manière générale) ainsi que l’expérience hors Amérique du Nord.
Ça n’a pas vraiment été un problème pour moi lors de mon parcours d’immigration au Canada mais je sais que ça l’est pour plusieurs.
La facilitation d’accès à la couverture santé pour de la parenté qui vient en visite pour des séjours assez longs mais de moins de six mois. Plus clairement, être en mesure de voir un médecin ou de subir une hospitalisation sans que cela signifie forcément un rapatriement à la discrétion de l’assureur-voyage.
La reconnaissance des diplômes français n’est pas toujours simple.une meilleure connaissance des diplômes Français auprès d’emploi Qc et des RH en général.
une meilleure valorisation de nos expériences professionnelles et de bénévolats en France pour accéder plus rapidement à des postes intéressants et avec un bon salaire, sans être obligé de se refaire un réseau ici avant de pouvoir prétendre à des emplois plus qualifiés.
La qui me sépare de ma famille en France. L’accès plus difficile à la culture française.
La progression du menfichisme et la difficulté de liberté d’expression par rapport au passé.L’amélioration du système d’immigration en prenant en considération les valeurs de respect et de tolérance vers notre société que nous avons l’habitude de connaître.
La prise en charge en matière de santé au Québec est très compliquée pour le reste tout est correct.
Je précise au Québec car je n’ai vécu que la mais je sais que dans d’autres provinces c’ets différent
La politique actuelle du gouvernement Canadien qui m’a fait perdre mon travail après 10 années de sacrifices ici pour y être arrivé.
La système en place pour l’achat d’un bien immobilier qui est actuellement complétement hors de de contrôle ce qui créé beaucoup de frustration.
Une politique moins capitaliste. Des lois d’encadrement de certaines pratiques (vente de bien immobilier pour exemple). Une meilleur assurance sociale et meilleur sécurité d’emplois. Une réouverture des frontières car les mesures actuelles sont très proche d’une bonne dictature. La science ayant prouvé l’inutilité de celle-ci.
La place de la langue française y est de plus en plus précaire, et ce, même au Québec…. Ensuite , les conditions d’accès aux Services Consulaires sont assez complexes, au regard des facilités de l’administration canadienne en général… Le fait de devoir passer systématiquement par internet, au lieu d’être simple comme il se devrait , est souvent un casse-tëte…(ne serait-ce que pour obtenir un rendez-vous…..Simplifier les procédures d’obtention et/ou de renouvellement des différents documents d’identité / administratifs  . Et aussi, renforcer la défense du français, la présence du français hors- Québec, et le rayonnement du français dans le monde ..Notre langue a autre chose à proposer face à l’anglais , langue de  »business »…..
La piètre qualité du système médical (médecins, dentistes, etc.), la distance avec la famille restée en france, le manque d’instruction du citoyen moyen, la mauvaise utilisation de la langue française, les aliments bio qui contiennent des OGM.Responsabiliser les médecins lors de mauvais diagnostics, éduquer les citoyens, pour qu’ils ne se laissent pas faire lorsqu’on tente de leur imposer des mesures qui font plus de mal que de bien et nous éloignent de nos proches, Durcir les règles entourant l’alimentation pour en améliorer la qualité.
la piètre performance du système de santé.a titre personnel , la question n’ est pas pertinente,
La non-reconnaissance des diplômes et des expériences de travail ; avoir toujours l’impression même après 15 ans de vie au QC d’être un individu de second rang ; la liberté n’est pas si apparente que ça ici et encore moins avec le Covid ; l’amitié avec les Québécois est tellement difficile (un seul ami en 15 ans).Réviser le jugement face à des diplômes obtenus en France et qui sont bien souvent nettement meilleurs que ceux du système d’éducation local.
La non intégration dans le milieu médical dès mon arrivée il y a plus de 30 ans et la poursuite du ciblâtes de « la française »Savoir que les prochains md qui viendraient seraient VRAIMENT intègres comme s’ils avaient fait leurs études ici
La longueur du processus d’immigration
La longueur des processus d’immigration permanente.Simplifier le processus ou automatiser une partie du traitement des informations pour réduire les délais.
La lenteur de l’administration gouvernementale et un système de santé pas vraiment à la hauteur.Amélioration des délais de traitement des dossiers administratifs, notamment quand il s’agit de renouveler des papiers de travail ou autre.
la façon de vivre au quotidien, la nourriture, le manque de culture, la technologie européen qu’il n’y a pas, les hiver trop long, le racisme détourné par l’hypocrisie, le système de santé.faire venir plus de chose française et/ou européenne, changer le système de santé.
La distance vs l’Europe et la famille ! Revenir est fatigant et polluant…et cher.
La distance avec la famille et amis.Que la France soit plus près du Canada ?
La distance avec la famille de France en vieillissant. Où passer mes vieux jours à cause du climat trop froid. Donc vivre entre deux pays à la retraite.Une solution administrative pour vivre entre les deux pays.
La disparition de la langue FrançaisePlus de discriminations
la difficulté de conserver un reseau amical au vu des départs réguliers des autres francais
manque de la famille
groupe / rencontre des couples mixtes (franco canadiens) ou des expatriés de longue date
rabais sur les billets d avion pour les francais de l etranger
La difficulté à voir autant de gaspillage au niveau de l’énergie, de la nourriture…
La surconsommation.
Une vie plus écologique.
La communication et avec l’âge le froidPlus rien
L’intégration dans le milieu anglophone et le fait de n’être pas complètement Canadien ni plus assez Français.Un consulat un peu plus ouvert et à l’ecoute.
Ces fonctionnaires donnent parfois l’impression d’etre Enfermés dans leur tour d’ivoire et très arrogants.
l’hiver 😂
les longues distances qui dissuadent de visiter le pays
L’éloignement familialeQue de la famille viennent s’installer ici. Que les voyages soient moins cher et plus agréables.
L’éloignement familial (distance)
L’éloignement de la famille.
La spéculation immobilière.
L’éloignement avec la famille en France
Le manque de congés dans le système québécois
Avoir à payer l’école française car nos revenus sont trop élevés pour avoir des aides
Des solutions que vous pouvez apporter: l’école française subventionnée pour tous les français et pas seulement en condition de revenus.
L’élitisme québécois pour les postes à responsabilitéLa réouverture des frontières internationales et la fin ( ou réduction) de la quarantaine obligatoire
L’ invitation à porter plaintes facilement à la place du dialogue
Tout est toujours en apparence poli , gentil et courtois.
Des vraies discussions avec des idées qui puissent s’ exprimer en public
L’ost*e d’immigration ! L’attente pour le traitement de mon dossier de résidence permanente est un stress réel.Un service d’immigration plus efficace.
L’obtention de la citoyenneté malgré un dossier complété et accepté depuis janvier 2020, et à la suite d’un report demandé malheureusement en septembre 2020…Aucun retour depuis, impossibilité totale de communiquer avec Immigration Canada, angoisse de l’expiration de ma carte de résident permanent le 8 juillet 2021.Une administration plus impliquée, plus efficace et plus rapide…la situation sanitaire a certes eu un impact, mais le télétravail est en place depuis plus d’un an maintenant, comment expliquer des retards inacceptables, sources de stress pour les personnes qui en sont victimes ?
l’isolement. me retrouvant au final seule au Québec, je suis isolée car sans enfants et sans mari (divorcée d’un Québécois). des amis via le travail mais qui n’habitent pas à côté de chez moi. on se voit au travail, et très peu en dehors. Eux sont dans leur famille et leur communauté le week-end (hors pandémie, parce que depuis un an. la solitude et l’isolement est encore pire).  je trouve du monde pour bouger via facebook et des groupes de randos, de ski mais ça reste superficiel. une fois l’activité terminée ..y’a plus rien …les Québécois sont superficiels, ils viennent vers toi par besoin…quand y’a plus de besoin, t’existes plus.
la jalousie des québécois envers les Français à cause de notre langage, nos écrits et les boulots que nous obtenons par notre côté pluridisciplinaire.
Le manque de social vs la France. le coût de la santé si t’as besoin d ‘un dentiste, physio, chiro, etc…souvent, tu peux même pas te les payer ou trop peu souvent vu tes besoins. les délais pour des RDV médicaux, t’as le temps de mourir…. les prises de sang ou tu attends des heures ..plus en temps de covid mais 2 mois d’attente pour un RDV . Le côté santé et social est plutôt déplorable.
La retraite et les vacances bien minimes sauf si tu entres dans une grosse boîte ou au gouvernement..donc quelques années perdues côté retraite.
au final, nous, on s’intègre au Québec mais y’a peu de Québécois qui eux ont bien voulu t’intégrer,. tu gravites autours d’eux ..mais tu rentres pas dans leur vie et ils ne veulent pas entrer dans la tienne. On fini par fréquenter 90% d’étrangers de tous bords au Québec ..et 10% de Québécois après 7/8 ans à les connaître.
Sont super sympa, les Québécois quand tu viens en vacances ..mais c’est une autre histoire quand tu viens t’installer ..par contre, je trouve qu’avec les plus jeunes, les relations sont bien mieux ..ils ont évolués par rapport à leurs parents. mais ma génération des plus de 55 ans est très difficile à vivre pour nous étrangers au Québec. Au final, mes amis Québécois ont plus entre 25 et 40 ans ..alors que je vais avoir 55 ans …ceux de ma génération me jugent d’avance sans me connaître et voudraient que je leur obéissent et plient à leurs caprices tout en disant haut et fort ..les Québécois sont super bien ..la bouffe au Québec .waouh ..super bonne …etc, etc …je fuis ces gens comme la peste. Le québec est une belle carte postale quand on y vient en vacances mais quelle claque j’ai pris en m’y installant il y a 15 ans ….c’est au final, le travail qui me fait rester au Québec …car si je pouvais retrouver un bon boulot bien payé en France ..je serais revenue …avec la pandémie ..ça change la donne ..mais pas sur de rester au Québec à ma retraite ….
un meilleur système de santé à prix abordable. une retraite complémentaire même dans le privé avec également plus de vacances dans le privé. Au gouvernement, on s’en tire mieux ..mais rentrée sur le tard ..je vais devoir aller au bout du bout…alors que j’ai commencé à travailler à 17 ans en France et que j’ai raté seulement un an au Québec. Si les retraites Québec et France sur le nombre d’années étaient mieux incluses pour le calcul final de notre retraite commune, ce serait mieux. tant la sécurité social que les diverses complémentaire avec rente du Québec et rente du canada. Tout devrait être regardé au final pour le calcul de d’une retraite finale commune aux deux pays au vu des ententes Québec / France.  Et peut-être que les français installés au Québec se relient plus entre eux sorti du plateau à Montréal …il nous manque une vraie communauté partout au Québec.. Quand on arrive au Québec, on se débrouille seul car on parle la langue …nous n’avons aucune aide de quiconque pour nous guider, nous épauler…
L’isolement au départ, et les différences de la langue et culturelles mais cela remonte à très longtemps, l’époque était vraiment différente, je suis arrivée au Québec il y a 30 ans maintenantJe n’oserais pas poser la question autrement, à savoir, quelles solutions amélioreraient ma vie en France si je devais y rentrer.
Mais pour répondre quand même, je dirais que les frais médicaux ici sont très élevés
L’intégration reste une étape difficile et même après 8ansPouvoir être mieux représenté comme francophone
L’hiver et le manque de congésPlius de congés
L’hiverPartir en hiver
L’expatriation.
Peu de temps pour voir la famille restée en France sans faire une croix sur les quelques jours de vacances que l’on a au Canada pour prendre un vrai repos.
La pandémie.
L’eloignement familiale
Les avantages sociaux francais
La retraite
La securite sociale moins cher
Plus d avion qui ne dirige pas vers paris
Un plan plus clair de retraite des francais a l etranger
L’éloignement familial avec la france .
l’éloignement de ma famille en raison des restrictions de voyage actuelle – la difficulté à se constituer un réseau social malgré la langue commune
L’éloignement avec ma famille et mes amis, notamment avec la CovidAutoriser les voyages entre la France et le Canada sans restrictions pour tous les Français, peu importe leur statut au Canada (résidents temporaires, permanents…)
l’administration, remplir les feuilles d’impôts pour la France et le Québec et le Canada….Au Québec, déjà que je puisse porter le nom que je désire (le nom de mon mari et non mon nom de jeune fille).
Une seule feuille d’impôt pour le fédéral et le provincial.
L’administration, le système de santé.
L’administration qui est lourde et la distance familialeAssouplissement au niveau des démarches administrative pour le rapprochement familiale. C’est un lourd combat juste pour pouvoir faire venir sa femme au Canada
L’administration française qui ne s’adapte. Pk continuer à imposer la présence des enfants pour les passeports ? En plein covid ? Bah on fait pas le passeport français et on reste au canadien. Et c’est comme ça pour pleins de chose s, la France n’aime pas le distancié et c’est vraiment merdiqueLe distanciel pour TOUS les rendez vous administratifs français (avec conversation en vidéo s’il faut) + un allègement des documents demandés (devoir demander à sa mairie de naissance d’envoyer un document qui peut prendre 1 mois pour arriver , et qui sera caduque 2 mois plus tard c’est vraiment trop compliqué.
L’administration est clairement un frein à notre intégration. Les permis de travail temporaires sont une catastrophes
On est plus en France et
J’en suis à créer mon 10eme permis de travail en attendant notre RP
A partir du moment où l’on paie nos impôts, ils faut nous considérer comme des Québécois.
L’accessibilité, cad la difficulté de pouvoir diversifier son environnement pendant les weke ends ou les vacancesDes vols internes pas cher ou des sytèmes de transport plus développés pour pouvoir accèder aux différentes régions plus facilement.
L’accès aux soins de santé pourrait être amélioréNumérisation du dossier médical complet
L’absence de convictions politiques de la part de nos élus, nuit à la confiance envers les autorités publiques.Le rejet des candidatures opportunistes à des fonctions représentatives publiques.
L IMMIGRATION au Québec est horribleQue le Québec arrêté leur lois et surtout leurs délais de traitement qui sont abusifs
Je vis au Canada (Québec) depuis 41 ans où j’ai immigré à l’âge de 30 ans. j’ai 70 ans et je suis maintenant retraitée. Le nombre d’années vécues au Québec est donc désormais plus élevé que celui vécu en France où je suis née de parents français. Je suis donc complètement intégrée, du moins autant que nous puissions l’être évidemment. Je me souviens cependant de m’être heurtée à plusieurs reprises au manque de reconnaissance de l’expérience autre que canadienne.Difficile pour moi de répondre à cette question. Peut-être une plus grande facilité d’accès au Consulat de France concernant les démarches administratives. Une plus grande conformité  des formulaires et autres démarches avec ceux du reste du monde (je pense à la dimension des photographies requises pour les cartes d’identité ou consulaire, c’est un détail qui fait sourire peut-être mais j’ai dû payé deux prises de photos au dernier renouvellement de ma carte d’identité parce que les photos que j’avais faite faire à la pharmacie du coin comme je le fais pour mon passeport canadien n’avaient pas le format requis par l’administration française) la France a souvent  la fâcheuse manie de croire que ses consignes sont universelles alors qu’il n’en est rien.
Je trouve que le système de santé n’est pas assez bon.
La signalisation sur les routes à Montréal est mal pensée et dangereuse parfois, trop de travaux et de changements.
Les mesures covid sont beaucoup trop sévères compte tenu des chiffres et statistiques ici et m’empêche de rentrer voir ma famille en France.
Un meilleur système de santé, de meilleures routes, le déconfinement.
Je trouve la vie au Canada dispendieuse, notamment la nourriture si l’on veut manger local ou bio.
Je réside depuis 7 ans au Québec, mais je continue à me définir comme Française avant tout, et j’ai l’intention de rentrer en France d’ici 5 ans, pour mes parents et mes enfants restés en France. Mais j’apprécie énormément la qualité de vie, l’accueil chaleureux, et le respect ambiant, ici au Québec.
La plus grande difficulté: l’opacité et la longueur des processus d’Immigration (renouvellement de permis de travail, le long process pour CSQ et RP), même avant la pandémie, ce qui génère un grand stress,… et pas d’interlocuteur :(.
Une autre difficulté, l’accès aux soins, notamment tant qu’on a pas accès à un médecin de famille (3 ans et demi d’attente dans notre cas) et les séances interminables aux urgences à l’hôpital pour le moindre bobo qui ne peut se régler par les médicaments en vente libre dans les pharmacies)
Enfin, depuis la pandémie, l’incertitude quant au retour en France: je n’ai pu assister au mariage de mon fils l’été dernier, je ne sais pas si je pourrai rentrer ‘et revenir!) cet été non plus …
Je ne rencontre pas de réelle difficulté. Parfois j’ai du mal à concevoir et admettre le terme d’équité plutôt que celui français d’égalité qui n’implique pas de notion de jugement de valeur.Ma vie est très satisfaisante au moment où je vous réponds.
Je ne rencontre aucune difficulté au Canada et c’est une chance ainsi qu’une belle opportunité de vivre ici. La France m’a souvent mis des bâtons dans les roues et ne m’a pas permis de m’épanouir. En revanche le Canada n’a pas regardé mes origines, le quartier ou j’habitais, j’ai eu les même chance qu’un canadien.Ma vie au Canada est très belle.
Je n’ai pas de difficultés en général dans ma vie au quotidien.
J’habite le Québec,  pas au CanadaNil
Isolement dans le contexte de pandémie (pas de visite de la famille / des amis)

Difficultés administratives: jongler entre administrations provinciale / fédérale / française
Administratif: faciliter les démarches en les rendant systématiquement électroniques, sans besoin d’échanges courrier / recommandé / conforme, qui me semblent d’un autre âge (ex. : obtention d’un passeport français pour un enfant né sur le sol canadien de parents français)
IsolementInsertion dans le milieu québécois facilité à l’arrivée
IRCC 🙁Plus de facilités en termes de visa
Intégrer un cercle d’amis québécois.
Très difficile de Voir mes amis canadiens qui vivent à l’ouest alors que je suis à Montréal
1 semaine de congés de plus pour pouvoir profiter de ce pays magnifique
Intégration au marché de l’emploiUne compréhension plus fine des acteurs gouvernementaux
intégration (après 20 ans)
valeurs différentes (en France on est très famille, au Canada on est très individualiste)
jugement – même si ça fait 20 ans que je suis ici (+ 8ans à Ottawa et 5 ans à Toronto) et que je n’ai jamais habité en France, je subis quand même le ‘jugement’ des québécois qui détestent les français à cause de mon accent
je n’ai pas trouvé, j’ai donc décidé de quitter le pays
Imposition des biens à l’étranger, accès au système de santéUne meilleure harmonisation des impôt entre les prélèvements automatiques en Europe et les déclarations à faire au Canada.
Plus de médecins au Québec!
Immigration longue, difficultés a se faire des amis locaux
Immigration
Travail
Nourriture
Culture
Allégement des conditions d’immigration
Nourriture moins chère
Il nous a été difficile de créer des amitiés depuis que nous sommes au Québec. Nous sommes arrivés en 2013, nous commençons à peine à avoir des amis, grâce à l’école (notre fille est en première année) et… grâce au confinement en mars dernier… Tout le monde étant confiné dans son jardin, nous avons pu faire ainsi connaissance avec nos voisins… !Nous sommes très heureux et nous ne manquons de rien à présent !
Il me semble compliqué de voter pour les élections françaises. Je trouve que les informations en ce qui concerne celles-ci devraient être plus accessibles. Merci !
Il est plus difficile d’entrer en relation avec des familles pur laine. La plupart de mes amis sont immigrés, enfants d’immigrés ou en couple avec des immigrés ou enfants d’immigrés.Je crois que c’est en évitant de vouloir fonctionner comme en France qu’on peut améliorer notre vie au Canada.
Honnêtement aucune. Je me suis très bien adaptée à mon nouveau paysUne simplification des ententes entre la France et le Québec
La possibilité d’avoir accès au Consulat plus facilement et que les gens soient aimables …..ce qui n’est pas toujours le cas. Il est difficile d’obtenir un RV. …..
Globalement Je ne rencontre pas de difficultés ici au Canada, c’est plus quand je fais affaire avec les services de la France que je réalise qu’ils ne sont vraiment pas axés sur la satisfaction du client
Garder des liens avec la France (conserver un compte bancaire ou en ouvrir un est très difficile, retraite, assurance maladie, bien immobilier. etc.)
Avoir davantage de liens de proximité avec l’ambassade et qu’elle tienne davantage compte de nos besoins
Équivalence des diplômes
Pouvoir ouvrir un compte français depuis le Canada facilement
Pouvoir avoir accès par courriel aux différentes instances françaises (justice, impôts, retraite, etc.)
Pouvoir prendre un prêt immobilier sur un bien français plus facilement et à un taux (et montant) comme celui d’un français résident (après tout c’est le bien qui est donné en garantie!)
Garder contact avec mes proches en FranceAvoir accès à des programmes/ententes qui me permettraient de maintenir un contact régulièrement avec l’actualité française entre autres…
Financieresdes emprunts 0%
Façon de travailler différente, grande distance qui rendent les voyages plus longsCoûts des transports moins cher
Être soumis a la bureaucratie française pour les formalités hélas restantesSurtout que les gauchistes ne me pourrissent pas ma fin de vie
Être moins bien payé car immigrant. Doit faire ses preuves même avec +5 ans d’expérience.

Les différences culturelles entre la France et le Québec qu’on tend trop à ignorer. Beau coup de Français restent entre Français et pareil pour les Québécois. Beaucoup de Français ne font pas d’effort pour s’adapter à la culture québécoise, sous prétexte qu’on parle la même langue.
Une meilleure ouverture d’esprit des immigrants français et des québécois.
Être loin de la France en ces temps de pandémie, les démarches administratives pour immigrer ne sont pas toujours simples et sont onéreuses.Nature, liberté d’être soi-même / pas de jugement d’apparence, on ne se compare pas, on laisse plus de chances ici
Être français.Ne pas rencontrer de
Français.
Être encore considérée comme étrangèreQue le consulat soit plus accessible
Être éloignée de ma famille.
Être éloigné de mes amies d’enfance
Étant retraité, tout va bien. Membre du Parti Québécois (indépendantiste), membre de l’association «Impératif Français», adhérent de l’ASAF et correspondant pour le Canada et adhérent LREM, comité local de Montréal. Je suis pour le rétablissement de la loi 101, l’emploi du français unilingue au Québec. Ceux qui n’utilisent que le français sont pénalisés en emplois.Étant très polyvalent et ayant occupé une foule d’emplois au Québec, je pourrais éventuellement conseiller des nouveaux arrivants dans certains secteurs tels que: aéronautique (métal en feuille et réparations), métiers de l’automobile (mécaniciens, peintres, tôlier-carrossiers), sécurité publique et privée et industries.
Est-ce qu’on peut arrêter de me remettre dans la face d’où je viens et qui je suis plusieurs fois par semaine ? C’est dit sans méchanceté, mais des fois, c:est un un peu lourd tout de même !Rien, je vais bien ici !
encore du mal avec le système de crédit!
Éloignement familialBillets moins chers pour voyager en France
Éloignement du reste de la famille resté en France.Des solutions afin de pouvoir voyager plus fréquemment et plus facilement vers la France. (Vols directs, coûts, etc)
Un accompagnement pour planifier la retraite.
Éloignement de la famille qui est en France.
Ne peut plus revenir vivre en France parce que nos enfants sont maintenant intégrés au Canada.
Je ne sent pas le besoin d’améliorer mon sort.
Éloignement de la famille
système de santé
baisse des prix sur les vols internationaux
éloignement avec la famille, pas suffisamment de congéplus de vacances, des aides pour voyager
Éloignement avec la famille, climat.  Sécurité sociale »
Avant pandémie on envisageait de rentrer en Europe (coupe franco-Espagnol avec 2 enfants), les perspectives d’emplois nous ont fait déchanter : nous restons ici.
Des mesures d’accompagnement pour retour en France/Europe, notamment pour la main d’oeuvre hautement qualifiée (diplômée) : opération « retour des cerveaux ».

Concernant la sécurité sociale : vu que la couverture sociale (RAMQ) au Québec est moins « protecrice » que la sécurité sociale française  (par ex. / soins dentaires), les résidents permanents canadiens de nationalité française devraient avoir les mêmes droits, en termes de couverture santé, que les français résidents en France.
Éloignement avec la famille encore plus compliqué avec les confinements et restrictions de voyage.
éducation de mauvaise qualitéde meilleurs professeurs
Distance de la famille surtout pendant la pandémie.Plus de zones piétonnes, de places, de marchés en plein air avec de l’artisanat.
Du transport en commun en banlieue pour relier d autres coins de la banlieue sans necessairement chercher à rejoindre Montreal.
Un système de santé efficace.
discrimination xénophobieesprit de tolérance et moins de cupidité
Difgicilté à créer des liens avec les autres/ rencontrer des gens
Difficultés de connaître l’histoire… être immigré, c’est difficile : pas les mêmes références, pas les mêmes vécus.Des rencontres entre français depuis longtemps ici et d’autres immigrants
Difficultés à avoir un réseau social et des amis.Un réseau d’amis et plus d’entraide.
difficulté achat
méconnaissance système education, santé,…
meilleure connaissance système santé, education
Différence culturelle: le clash « coconut culture » vs « peach culture », notamment dans le milieu professionnel. Je suis une noix de coco à la puissance 100.Rencontrer plus de noix de coco? 🙂
Différence culturelle, sociale et économique entre monde anglo-saxon et français.
Différence culturelle et linguistique. Manque de solidarité. Société égoïste et individualiste.facilité de trouver un appartement  à un loyer correct, facilité d’obtenir les papiers.
Dès le départ j’ai été mal renseigné sur le système financier et de la cote de crédit, des cartes de crédits, ce n’est vraiment pas la même chose. Ce qui m’a entrainer vraiment très bas. J’en vis les conséquences encore aujourd’hui.
des discriminations systémiques dans l’emploi et dans la relation de travail et d’avoir la même opportunité que les autotochnes du QuébecJe n’en vois pas
Changer la mentalité des gens est très difficile
Depuis plus de 3 ans à Montréal, je ne rencontre plus vraiment de difficultés. J’ai l’impression d’avoir fait ma place, je suis à l’aise dans la quasi totalité des secteurs de ma vie. Ça n’a pas toujours été le cas et j’ai mis plus de 2 ans à accéder à mon secteur professionnel et sortir de la restauration, un emploi alimentaire.

Je trouve également que les québécois de Montréal ne sont pas si accueillants avec les français qu’on veuille bien le dire. Nous devons être en trop grand nombre et ils doivent se sentir envahis. C’est compliqué de se tisser de vraies relations amicales qui durent avec des locaux.

Enfin, mais c’est global, le prix d’achat de l’immobilier qui explose et rends de moins en moins accessible les maisons dans la métropole. On devra certainement changer nos plans et acheter en banlieue alors qu’acheter sur l’ile était une des raisons très attractive de venir s’installer à Montréal.
La pâte feuilletée ou brisée fraiche en rouleaux Herta disponible à la vente dans les épiceries : une vraie amélioration dans mon quotidien. 😉
Déplacement via les transports en commun, accès à la santéMeilleurs transports en commun, meilleur accès à la santé
De ne pas trouver de produits français pour l’épicerie et de ne pas avoir les émissions de télévision ou accès aux chaines tv française privées ou publiques pour me tenir à jour dans l’actualité en France. Le coût du billet d’avion pour voir la famille plus souvent et que mes enfants puissent connaître leurs cousins. La difficulté à transmettre la culture française à mes enfants tous nés au Québec pour qu’ils gardent un lien d’appartenance. C’est difficile pour eux de connaître la France sans y aller physiquement. La difficulté de trouver du travail en France si je veux faire un retour. Le sentiment que les français à l’étranger et leur expérience personnelle ou professionnelle est rejetée par la France en générale. Les lois fiscales et cotisations si il y a du télétravail entre une entreprise française et moi qui travaille du Québec. Continuer de garder ou maintenir ses pièces d’identité (passeport, carte d’identité,etc) à jour quand le consulat est loin et que je ne trouve aucune entreprise pour faire les photos selon le standard français. L’impossibilité pour mes enfants de pouvoir étudier en France après avoir terminé leur diplôme d’études secondaires.Facilité le retour pour les francais dont le travail est en demande en France et qui possède un patrimoine financier important. Facilité la mise à jour des papiers et des photos pour les cartes d’identité et le passeport. Facilité le télétravail avec une entreprise française et le versement de la paie. Etre capable de se procurer des billets d’avion sans se ruiner à chaque fois pour que mes enfants puissent aller en France. Avoir accès à des activités près de chez moi sans aller à Montréal parce que toutes les associations sont là-bas.
culture differentes
systeme de santé
pss assez de produits francais
doctolib comme en france
plus de site francais livre au canada
Créer un réseau social solide.
Coût de l’immobilier. Accessibilité du système de santé.Simplifier l’accès au système de santé. Simplifier et favoriser l’immigration francophone.
Coût de l’immobilierMeilleure régulation des banques, des paradis fiscaux, des voitures, de la spéculation.
Climat rigoureux, cuisine médiocre.
Chaleur humaineDéménager
Cela fait plus de 30 ans que je vis au Québec donc j’ai les difficultés ordinaires. Pour les plus jeunes une meilleure reconnaissance des diplomes aiderait certainement.
ca va franchement …un systeme politique démocratique (ou plus démocratique)
une ouverture sur les autres un peu plus intelligente
une économie moins basée sur la consommation des ressources
c’est en France que je rencontrais des difficultés ici je suis heureuse
Bilinguisme parfait
Éloignement familial… plus on vieillit plus c’est lourd
Voyages plus fréquent en France
Beaucoup moins de difficultés qu’en France.Hors covid, rien de spécial à changer.
Beaucoup moins de difficultés qu’en France, il faut dire…Rien de plus que ce que j’ai déjà..
Beaucoup de formalités administratives sont centralisées à Montréal ou Ottawa (demande de résidence permanente, citoyenneté, passeport, état civil, vote…) et obligent à se déplacer quand on réside en région éloignée (avec une jeune famille en plus). Surtout en temps de pandémie, avec la possibilité de travailler à distance, les institutions devraient emboîter le pas. C’est plus que nécessaire!Décentraliser ces institutions et offrir de régler davantage de formalités à distance. Être plus efficace. Ça limiterait des déplacements et seraient meilleur pour notre planète!
Avoir un médecin de familleFaire de la télémédecine avec un médecin Français
Avoir la reconnaissance de nos diplômes sans pouvoir obtenir une autorisation d’enseigner des langues étrangères sans devoir faire 4 ans supplémentaires au Québec!Une vraie validation des diplômes universitaires pour pouvoir travailler dans son domaine dès son arrivée.
Aucunes.Aucunes
aucunes, je suis nee au Canadala possibilite de voyager  plus souvent en France
AucunesNA
AucunesRien
Aucune.Tout est parfait.
aucune vraimentpas grand chose, nous sommes très bien ici, moi depuis 18 ans 🙂
Aucune sauf la mauvaise réputation des français et leurs mauvais comportements et condescendance envers les québécois quand ils arrivent pour s’installer. Ils critiquent les immigrés de France mais sont très sectaires une fois arrivés au Canada, c’est une honte!Que les français soient humbles et s’integrent
Aucune en dehors du climat. Les difficultés viennent de la quasi absence et mauvaise communication avec l’administration française (CNAV, impôt notamment)Pouvoir aller en France et revenir avec seulement une carte d’identité pour les Français.
Pouvoir revenir de France au Canada avec un passeport français seulement pour les bi nationaux (il y a obligation d’utiliser un passeport canadien)
AUCUNE DIFFICULTÉ INSURMONTABLE »
Aucune difficulté
Aucune après 53 ans d’expatriation. Le Québec super!Aucune après 53 ans d’expatriation. Le canada super!
AucuneAucune
Aucune
AucuneMeilleurs transports en commun, et transport international
Aucune
Aucune
AucuneAucune
Aucune
AucuneDe meilleurs services de santé. Un accès plus rapide a des médecins spécialistes.
AucuneTout va bien
AucuneAucune
AUCUNEJ AI CHOISI LE CANADA POUR SA LIBRE ENTREPRISE ET POUR SA LIBERTÉ
AucuneMa vie au Canada est parfaite
AucunePlus de pandémie pour voyager librement
aucuneséparation du qébec
Au niveau de l’immigration, où les délais pour avoir la résidence permanente sont très longs. C’est une période assez stressante d’attendre, sans savoir ce qu’il se passe, si mon statut sera toujours valide. C’est ce côté incertitude qui est difficile. Autre point, la santé. Quand on est en PVT (Permis vacances travail), on ne bénéficie pas de RAMQ, les frais remboursés sont seulement pour des urgences. Autrement dit, aller voir un dentiste pour une visite de routine/contrôle, un optométriste pour faire vérifier sa vue ne sont pas remboursés… Aujourd’hui, je suis en attente de résidence permanente via parrainage interne. J’attends mon permis de travail ouvert mais je ne suis pas éligible à la RAMQ… Bref, tout cela pour dire que c’est frustrant de ne pas pouvoir faire des visites de routine/contrôle alors que cela fait 2 ans et demi que je vis au Canada. Je suis obligée de mettre ma santé entre parenthèse parce que les frais sont exorbitants et que je ne suis pas éligible pour l’instant à la RAMQ.Je ne sais pas.
Au Canada aucune
Au Québec: vie sociale et fiscale mediocres
Aucune
Au bout de 16 ans au Canada/Montréal, aucunes.N/A
attente pour medecin de famille / docteur en général. route et viaduc en mauvais état
Arretez le spam sur nos groupes facebook qui n’ont rien à voir avec la politique, svpArretez le spam sur nos groupes facebook qui n’ont rien à voir avec la politique, svp
Apprendre l’anglais.Moins d’impôts.
Anti francaisImpot
accès simple au système de santéPouvoir consulter un médecin ou spécialiste dans des délais raisonnables
Accès produits bio
Renouvellement des papiers d’identités françaises très fastidieux
Transport en commun peut adapté
Renouvellement des papiers français via poste
Accès aux soins de santé de base (voir un médecin généraliste, un dermatologue, un gynécologue).Un site internet d’information ou un forum de français pour partager des bonnes adresses de médecins ou circuit d’accès aux soins
acces au système de santé en temps opportun
Accès à un médecin généraliste ; vivre dans un désert alimentaire.Amélioration du transport collectif, des pistes cyclables.
Accès à la santé gratuite.
accès à l’administration francaise / système de santé canadien inférieur à celui de la francemeilleur système de santé
Absence de curiosité et de culture générale. Attitude anti française.Éviter les gens
Absence de culture générale!Accès à la culture française, expositions virtuelles, retransmissions de concerts parisiens…
1. Je ne partage pas la culture de la majorité des Canadiens français. Ma famille a toujours été une priorité. C’est pourquoi après des études de 3e cycle universitaire aux USA, j’ai suivi mon mari à Montréal puis à Ottawa.  Les avocats et juges qui se sont occupé de mon divorce ont obligé les enfants à rester à Ottawa. Ils sont maintenant établis à Montréal où ils ont fait leurs études universitaires (McGill et Concordia). Comme je n’ai pas les moyens de faire des allées et venues entre la France et le Canada, je suis revenue à Montréal où je suis près d’eux et je peux m’occuper de mon petit-fils. 
2. Aucune considération pour mon passé professionnel (études et surtout, réalisations) sauf à McGill où je suis chargée de cours.
3. Prévention en santé très déficiente (par ex., j’ai dû payer de ma poche les Vaccins anti-zona Shingrix 200 $ chaque dose x 2 alors que ce vaccin est gratuit en ON et en FR à mon âge -72 ans-). Extrême hypocrisie du système de santé ou déni de ses faiblesses, voire de son incompétence (par ex., la physiothérapie -kiné en FR- est gratuite à mon âge mais j’ai >2 ans d’attente dans chacun des 2 centres où je suis inscrite. Je rentre en FR quand je n’en peux plus et que j’ai un peu d’argent pour recevoir ces soins.) 
4. Tricheries multiples de la part des entrepreneurs, constructeurs, cuisinistes et commerçants tel nettoyeurs qui se disent qualifiés mais ne connaissent pas leur métier.
5. Manque de légumes et fruits de qualité à des prix abordables.
6. J’habite le quartier Peter-McGill à Montréal qui a environ 40 000 habitants mais pas une seule école primaire publique depuis >40 ans malgré les promesses des élus, pas de jardin public, pas de piscine municipale, pas de bibliothèque municipale ni de centre communautaire, bref, pas d’infrastructures collectives à part les égouts, l’eau courante et l’électricité. C’est la manière dont nos élus ne tiennent pas parole et se moquent de nous, nés à l’étranger qui formons 52% des résidents du quartier, en nous racontant des histoires et en nous faisant de fausses promesses qui me révolte le +.
1. piscines municipales/centres aquatiques désinfectés avec du Brome plutôt que du Chlore (Valérie Plante m’a répondu il y a eux ans en séance publique : « Mais Madame, il faudrait d’abord trouver un endroit où la mettre la piscine dans votre quartier avant de penser à de tels détails techniques ! »)
2. que les Français arrêtent leurs luttes d’influence et de pouvoir, de se détruire les uns les autres et de s’envier (14 listes aux élections !) et créent une bonne ambiance participative et amicale comme j’en ai connue à Ottawa dans les années 90 et 2000 et à la I. House à Berkeley à la fin des années 70. Les quelques associations françaises auxquelles j’ai adhéré ici, avec parfois des rôles de responsabilités intermédiaires, avaient parmi leur exécutif des personnes malhonnêtes qui n’agissaient en aucun cas pour le bien commun. Et qui s’assuraient de mettre de coté, voire d’évincer les personnes compétentes, honnêtes et généreuses.
– racisme de la part des québécois envers les français
Éloignement en tant de covid
Coût de la vie élevé (supermarchés, internet, téléphone, etc )
– avoir des entreprises et systèmes moins archaïques  et désuets (ex : banque, téléphone )
– manque de soutien familiale pour la gestion des enfants
– assurances qui trouvent toujours des exclusions pour ne pas prendre en charge les frais (habitation, maladie)
Nous avons décidé de rentrer en France pour nous rapprocher de la famille
– Les rapports avec l’immigration : le stress et l’angoisse des délais des procédures interminables pour les permis de travail et demande de résidence permanente
– La recherche d’emploi
– les délais de traitement d’IRCC– qu’IRCC améliore ses délais de traitement et que le processus de RP au Québec soit uniformisé avec le reste du Canada
– La relation avec le Consulat français !
– Le système de santé québécois est complétement sinistré.
– Les infrastructures québécoises sont en ruine (viaducs, routes, écoles, hôpitaux, etc).
Un meilleur accès aux soins de santé.
Un meilleur filet social
– Faiblesse du niveau de culture générale, historique et internationale des canadiens/québecois : je m’ennuie beaucoup avec eux bien qu’ils soient super attachants.
– Le désintérêt pour les ¨¨débat d’idées ¨¨ , désastreuse pratique de la langue francaise (Québec), même des professeurs ! bien qu’il soit légitime qu’ils aient leurs expressions modelées au fil du temps et dans le contexte d’ un état nord-américain. Mais cela fait l’effet d’une éducation scolaire inachevée (pour la langue francaise). 
– Grande déception sur la protection de l’environnement : gaspillage d’eau et d’électricité (magasins allumés toute la nuit), lamentable état des forêts (AUCUN entretien), grand retard sur le tri des déchets (existe depuis environ 5 ans seulement au Québec mais pas encore bien organisé pour le recyclage du verre (ils en parlent).
– Pays idéalisé en Europe (justifié pour la paix sociale, la neutralité politique, les grands espaces, la simplicité et gentillesse de la population) mais quand il ne se passe jamais rien et que c’est trop ¨¨bonnasse¨¨ , on s’ennuie d’un peu plus d’actions !!!
– Beaucoup d’¨¨amis¨¨ m’ont oubliée auprès le décès de mon mari 100 % canadien, n’ont pas pris de mes  nouvelles. Je vis une totale solitude.
IL FAUDRAIT AVOIR UNE SECTION POUR LISTER LES CÔTÉS POSITIFS AUSSI DANS VOTRE ENQUÊTE. Je verrais plus loin ….
Je ne suis pas concernée car je retourne définitivement en France en 2022.
– En tant que Française, l’accès aux formalités administratives françaises (par exemple: toutes les pièces à fournir et les étapes à accomplir pour la reconnaissance de la nationalité française de mes filles – je suis française, leur père est québécois, nous sommes conjoints de fait)
– L’éloignement avec ma famille
– Concernant la santé pour se soigner car il faut attendre longtemps (cela ce compte en année) pour avoir un médecin de famille
– la lenteur de l’administration pour les papiers et cela s’est accentué depuis la COVID
– Accès à la résidence permanente (très long délai)
– Comprendre comment fonctionne la retraite/les congés maladies etc.